Blog

L’innovation exponentielle

Dans un contexte de grands changements, les organisations doivent intégrer l'innovation dans leurs activités quotidiennes.

Linus Pauling, deux fois lauréat du prix Nobel, a résumé l’ensemble du processus d’innovation en une phrase : «Pour obtenir des bonnes idées, il faut en générer beaucoup et se débarrasser des mauvaises».

Cette définition est brillante car elle réfute la croyance erronée selon laquelle le succès d’un projet dépend d’une idée brillante qui apparaît fugitivement dans notre esprit et qui change le cours de l’histoire d’un instant à l’autre. Des exemples tels que le célèbre incident de la pomme tombant sur la tête de Newton, qui a déclenché toute la théorie de la gravitation universelle, ont contribué à étayer cette perception largement répandue.

La réalité n’est pas aussi poétique et les idées de génie naissent rarement d’un moment d’inspiration divine. Lorsque l’innovation ne donne pas de résultats satisfaisants dans les entreprises, ce n’est généralement pas tant un manque de créativité qu’un manque de discipline.

En général, on peut affirmer que l’innovation est le résultat d’une action systématique orientée vers la découverte et la résolution de problèmes. C’est pourquoi, si les bons espaces et les bonnes routines ne sont pas créés, le personnel finit par consacrer tout son temps et toutes ses ressources aux activités orientées vers la mise en œuvre.

Pour que l’innovation devienne une réalité, le grand défi pour les organisations est d’ouvrir des espaces au milieu de toutes les activités exécutives quotidiennes, en consacrant une partie du temps à l’exploration de nouvelles opportunités. Il s’agit d’un défi, car chaque individu ou équipe accordera toujours une plus grande priorité aux activités qui font partie de la mise en œuvre qu’à l’ensemble des activités visant à l’exploration ou à l’innovation.

Il est donc nécessaire d’intégrer à chaque cycle de mise en œuvre une série de rituels d’exploration de nouvelles opportunités. Seule cette méthode permet de relier l’expérience acquise lors de la mise en œuvre à l’amélioration.

Ces rituels qui relient l’expérimentation aux besoins de l’organisation aident à faire émerger les opportunités futures à partir des besoins du moment.

Commencez à innover !

Notre canevas » d’innovation » vous aidera à remettre en question tout ce que vous considérez comme acquis, même si vous ne disposez d’aucune données pour le soutenir. Les hypothèses et les croyances sont, en fonction de comment elles sont traitées, une source d’erreur et d’innovation.

L'innovation en série

Le modèle bien connu de l’essai et l’erreur est très utile pour faire de l’innovation une réalité et pas seulement une déclaration d’intention. De par sa nature même, c’est un modèle qui montre une volonté claire de progresser vers un résultat en construisant progressivement de nouvelles connaissances, basées sur des preuves et des données.

L’étincelle qui déclenche tout ce processus provient de notre activité exécutive quotidienne, qui consiste à identifier les hypothèses sur lesquelles reposent nos connaissances actuelles. C’est-à-dire, ce que nous tenons pour acquis même si nous n’avons pas de données pour l’étayer. Ensuite, on cherche à remettre en question cette perception en posant des hypothèses et en concevant une série d’expériences visant à (in)valider ces croyances.

Chacune des expériences apportera d’une part des connaissances et d’autre part une multitude d’informations qui serviront de matière première pour de futures hypothèses.

Dans cette approche, l’innovation a pour mission de transformer le processus naturel de génération de connaissances de notre activité d’exécution d’un modèle linéaire à un modèle non linéaire : lorsque nos croyances sont validées, la progression est incrémentale et tout progresse selon nos prévisions. Mais lorsque nous sommes confrontés aux expériences qui réfutent nos connaissances actuelles, une rupture se produit, qui génère un grand volume d’informations.

Le progrès non linéaire consiste simplement à accepter que le monde réel n’est en aucun cas déterministe et que, souvent, le résultat obtenu par l’exécution d’une série de tâches ne coïncide pas toujours avec notre prédiction.

En ce sens, l’innovation consiste à prouver, preuves à l’appui, que nos perceptions sont totalement erronées. L’espoir qui sous-tend ce modèle d’innovation réside précisément dans la prise de conscience qu’on se trompe dans nos prévisions. La connaissance extraite de quelque chose qui ne fonctionne pas selon nos croyances est infaillible. Au contraire, le fait d’alimenter notre perception en cherchant un exemple qui renforce nos connaissances actuelles nous conduira généralement à persister dans l’erreur.

Par conséquent, le processus d’exploration est en fait un processus d’apprentissage. Le défi consiste à acquérir une quantité disproportionnée de connaissances sur le problème analysé.

L'innovation exponentielle

Mettre en place une routine d’exploration signifie que les résultats que l’on peut obtenir de ces expériences sont encore plus imprévisibles que ceux des activités exécutives d’un projet ou d’une activité quotidienne.

Dans ce contexte d’exploration, le terme non linéaire signifie également qu’un petit pas dans l’exécution d’une expérience peut perturber le résultat.

C’est pourquoi la peur de la non-linéarité inhérente à l’être humain est particulièrement accentuée dans ce type d’activité. Dans de nombreux cas, lorsque l’innovation n’est pas une routine bien établie, ces actions de découverte d’opportunités sont progressivement réduites au point d’être limitées à un minimum afin d’éviter les risques.

Agir selon cette approche, orienter les équipes vers les activités de mise en œuvre et planifier dès le départ et de manière déterministe tout ce qui doit être fait pour tenter de réduire les niveaux d’incertitude n’améliore en rien le résultat final.

D’autre part, tirer parti des avantages de la non-linéarité caractéristique de ce processus d’apprentissage dans chacun des cycles d’exécution et tout au long de l’activité peut s’avérer très bénéfique et, dans de nombreux cas, extrêmement rentable. Il s’agit simplement de se poser les questions suivantes à chaque cycle de mise en œuvre:

  • Qu’est-ce qu’on prend pour acquis alors qu’on n’a pas de données pour l’étayer?
  • Qu’est-ce qu’il faut valider dans le prochain cycle de travail?
  • Quelle expérience va-t-on mener pour valider nos hypothèses?

L'innovation est une action quotidienne...

Ce n’est que lorsqu’on a la curiosité d’essayer de comprendre la réalité que l’on est en mesure de concevoir et d’intégrer des routines d’innovation dans notre activité quotidienne. C’est un exercice qui demande un certain effort initial mais qui apporte des grands bénéfices.

Si vous souhaitez intégrer l’innovation dans votre activité quotidienne, nous pouvons vous aider à concevoir les systèmes dont vous avez besoin. Nous serons heureux de vous accompagner dans cette transformation.

D'AUTRES ARTICLES LIÉS

es_ESSpanish